Sécuriser la circulation au sein de l’entreprise

Veronique 22 février 2012 1

La circulation au sein de l’entreprise est souvent considérée comme difficilement maîtrisable en raison de la variété et de la multiplicité des déplacements des véhicules, chariots et piétons. Elle est responsable d’ 1/3 des accidents du travail.
Tout déplacement à pied ou à bord d’un véhicule, expose le salarié à des risques : collisions, accidents de la route, heurt, glissade ou entorse. Ces risques doivent être pris en compte par l’employeur qui sécurisera les déplacements au sein de l’entreprise.

Rationaliser et sécuriser les déplacements

L’activité de l’entreprise génère une circulation interne importante.

L’établissement d’un bon plan de circulation est indispensable afin d’éviter tout risque d’accident (collisions, heurts, chutes…) et maintenir la performance de l’entreprise au niveau des coûts de réparation, d’une éventuelle désorganisation et d’une mauvaise image de marque.
Il faut donc optimiser et rationaliser les circulations. Cela passe par le choix de l’implantation des bâtiments et des espacements entre eux, la définition d’un plan de circulation intérieure et extérieure et la mise en place d’un éclairage et d’une signalétique adaptée.

Réduire les vibrations

La conduite de divers engins de chantier, le transport ou la manutention provoquent des  vibrations qui, au final, soumettent les travailleurs à des problèmes de dos. Certaines mesures de préventions peuvent éviter ces désagréments.

À pied

Il suffit de trébucher, glisser, faire un faux pas pour que l’accident arrive, souvent bénin, il peut y avoir des chutes très graves.

Il existe plusieurs facteurs de risques environnementaux (espace de travail étroit…), individuels (inattention) ou relatifs à l’organisation du travail (tâche urgente par exemple…), qu’il est important d’identifier pour la sécurité du salarié, l’organisation du travail.
La circulation, au sein de l’entreprise, est souvent considérée comme une activité auxiliaire difficilement maîtrisable car aléatoire… Elle est, cependant, à l’origine de nombreux accidents du travail. L’idéal est d’anticiper, dès la conception, les circulations qui en découleront.

Flux de circulation dans l’entreprise

Il existe différents flux de circulation :

  • les entrées et sorties du personnel et des visiteurs, leurs déplacements (motorisés ou
    non) à l’intérieur de l’établissement pour diverses raisons (stockage, manutention,
    administration, allers/retours aux parkings et vers des locaux annexes (vestiaires,
    cantine, toilettes, infirmerie…) ;
  • l’entrée des matières premières et autres produits nécessaires aux fabrications, leurs mouvements entre divers ateliers ;
  • l’entrée des produits nécessaires au fonctionnement de l’entreprise (administration,entretien, restauration…),
  • la sortie des produits finis ou usinés, des déchets, des sous-produits, etc.

 

Accès et dégagements

Dans la plupart des entreprises, les flux à prendre en compte à l’intérieur des bâtiments sont :

  • Les engins motorisés circulant dans les allées (chariots élévateurs, transpalettes électriques…) ;
  • Les piétons circulant avec ou sans charges.

La conception des circulations intérieures doit permettre d’éviter les collisions en rationalisant les flux (produits, engins et personnels), les distances à parcourir, en limitant les croisements et en mettant en place les structures et moyens adéquats d’échange d’informations.

Elle doit tenir compte des exigences et de la réglementation liées à :

  • la circulation des piétons,
  • la circulation des personnes handicapées,
  • les dégagements d’évacuation en cas d’incendie ou d’explosion,
  • les escaliers,
  • les garde-corps pour les escaliers, passerelles et plates-formes,
  • les moyens d’accès en hauteur,
  • les ascenseurs et élévateurs pour personnes à mobilité réduite.

 

Sols intérieurs

Les répercussions de la qualité des sols a une grande importance aussi bien dans les locaux
industriels qu’administratifs :

  • sur la circulation des piétons : chutes, heurts, glissades… ;
  • sur la circulation des engins ;
  • sur le nettoyage.

Les caractéristiques des sols sont à étudier en fonction de l’activité spécifique aux lieux de  travail concernés : sols industriels, sols spéciaux pour les secteurs de l’alimentation, de la restauration collective, des laboratoires, sols adaptés aux activités de bureau.

Les critères principaux à prendre en compte sont :

  • la résistance du sol à l’usure et à la déformation pour éviter les détériorations,
  • les caractéristiques liées directement à l’hygiène et à la sécurité : adhérence (pour
    éviter les glissades), résistance chimique à certains produits (acides, solvants,
    détergents…), facilité de nettoyage,
  • les caractéristiques phoniques et celles liées aux vibrations.

 

Aires de stockage

Les aires de stockage présentent, en fonction de la nature des produits stockés et de la variété des équipements nécessaires :

  • des risques d’incendie, d’explosion et d’intoxication d’une part,
  • et des chutes ou heurts d’autre part.

Certaines spécificités de stockage doivent être prises en compte pour définir le plan de circulation (aire de stockage en rayonnage, en citernes, réservoirs…).

Un commentaire »

Laisser une réponse »