Le bruit : un danger réel au travail

Caroline 3 mai 2012 0

3 000 000 :  c’est le nombre de salariés en France exposés sur leur lieu de travail, de manière prolongée, à des niveaux de bruit potentiellement nocifs.
Le bruit est d’ailleurs reconnu comme cause de maladies professionnelles depuis 1963 et la surdité professionnelle est l’une des maladies professionnelles les plus coûteuses pour la collectivité.

Caractéristiques d’un bruit

Un bruit se caractérise essentiellement par son niveau et par sa fréquence.

  • Le niveau de bruit détermine si un son est fort ou faible, se mesure en décibels, noté dB.
  • La fréquence correspond quant à elle à la hauteur du son. Plus la fréquence d’un son est élevée, plus le son est aigu. La fréquence s’exprime en Hertz, noté Hz.

 

Comment identifier un problème de bruit au travail

L’exposition au bruit est le critère pris en compte pour juger de l’impact du bruit sur la santé d’un travailleur.
Ce critère se rapproche de la notion de « dose de bruit » reçue. Pour savoir si une situation d’exposition est potentiellement néfaste pour la santé, on doit donc déterminer le « niveau cumulé » (niveau sonore reçu par la personne  et durée d’exposition).

En général, on considère que des mesures de prévention sont nécessaires dès lors qu’une des situations suivantes est rencontrée sur un lieu de travail :

  •  ambiance sonore bruyante, comparable à celle d’une rue à grand trafic, pendant la majeure partie de la journée
  • nécessité d’élever la voix pour tenir une conversation à deux mètres de distance, et ce au moins durant une partie de la journée
  • utilisation d’outils ou d’équipements motorisés bruyants pendant plus de la moitié de la journée
  • branche d’activité industrielle réputée bruyante (bâtiment et travaux publics,  métallurgie, construction automobile…)
  • présence de bruits occasionnés par des impacts (coups de marteau) ou de sources explosives (armes à feu …)

Quels sont les risques

La santé des travailleurs peut être affectée par l’exposition au bruit sur le lieu de travail.
Elle se manifeste de plusieures manières :

  • Les troubles de l’audition :
    Avec le niveau sonore, la durée d’exposition est l’autre facteur déterminant dans l’apparition d’atteintes auditives.
    L’âge, la vulnérabilité personnelle, ou encore l’association avec certains médicaments ou produits chimiques toxiques, peuvent aussi aggraver les risques d’atteinte auditive.
  • Les risques accrus d’accidents :
    Le bruit favorise en effet la survenue d’accidents : il peut couvrir le son émis par un danger imminent, ou masquer des signaux d’avertissement (par exemple, avertisseurs de recul sur certains véhicules) ; il peut distraire les travailleurs, notamment les conducteurs, ou encore contribuer au stress lié au travail et accroître ainsi le risque d’erreurs.
  • Le stress :
    Au travail, le stress se produit lorsque les exigences de l’environnement de travail dépassent la capacité des travailleurs à y faire face. La manière dont le bruit affecte le niveau de stress d’un travailleur dépend de plusieurs facteurs, parmi lesquels la nature du bruit (volume, tonalité, prévisibilité), la complexité de la tâche à effectuer ou l’état de fatigue.

 

Quels sont les moyens de prévention

La prévention du bruit au travail se fait en trois étapes et ce, quel que soit le lieu : l’évaluation des risques , la mise en place des mesures nécessaires pour empêcher ou contrôler les risques identifiés et le suivi régulier de l’efficacité des mesures en place.

1. Evaluation des risques

L’employeur a l’obligation d’évaluer l’exposition au bruit et, le cas échéant, d’effectuer des mesures acoustiques afin d’identifier un éventuel dépassement des valeurs seuils réglementaires.
Deux méthodes de mesure de l’exposition peuvent être envisagées : la sonométrie (relevés réalisés auprès de l’opérateur par un technicien pendant les phases de travail significatives à l’aide d’un sonomètre) et l’exposimétrie (mesure en continu du niveau sonore pendant la journée de travail, au moyen d’un exposimètre porté par l’opérateur).

2. Réduction des risques

Une fois les risques mis en évidence, l’employeur doit mettre en œuvre des mesures adaptées. On envisagera en premier lieu des solutions collectives, agissant sur l’environnement de travail et pouvant être adoptées le plus en amont possible.
Par exemple : réparation ou élimination de la source de bruit, aménagement de l’espace de travail, organisation du travail.

En cas de dépassement du seuil inférieur d’action : 80 dB(A), l’employeur doit mettre à disposition des travailleurs des protections individuelles contre le bruit, les informer et les former à la problématique du bruit, proposer un examen auditif et consulter les représentants des travailleurs.

En cas de dépassement du seuil supérieur d’action : 85 dB(A), l’employeur impose le port de protections individuelles, met en place une signalisation sur les lieux à risque et s’assure d’une surveillance médicale renforcée de ses employés.

Un guide d’achat vous est proposé pour choisir les bons produits selon les différents cas de figure.

Il existe 3 types de protections auditives individuelles :

Ils peuvent être à usage unique, avec ou sans cordelette, ou bien réutilisables. Il en existe de plusieures formes, pour s’adapter à tous les canaux auditifs.
Des distributeurs peuvent être mis à disposition des utilisateurs, pour une utilisation simpe et fonctionnelle.

Ils offrent une protection confortable car les bouchons ne s’enfoncent que partiellement dans le canal auditif.
Les arceaux peuvent être pliables et les bouchons facilement remplaçables pour une hygiène optimale.
Un choix important de modèles permet d’adapter la protection auditive à l’environnement de travail concerné.
Des kits de remplacement composés de coussinets et mousses internes assurent l’hygiène de ces produits.
Une signalétique claire et compréhensible par tous est impérative pour informer et imposer le port de ces  protections.
Les panneaux  indiquent un danger :
 Informent sur le port obligatoire ou recommandé des protections auditives :

3. Suivi des risques

L’employeur doit vérifier régulièrement l’efficacité des mesures de prévention mises en place. Il doit également faire en sorte également que les travailleurs bénéficient d’une surveillance médicale appropriée, en fonction de leur niveau d’exposition au bruit.

Vous trouverez une gamme complète de protections auditives et sa signalétique adaptée sur www.signals.fr ainsi que le guide d’achat pour faciliter votre recherche.


Laisser une réponse »